Assassins du directoire

« Aucune vie n’a plus de valeur qu’une autre. »

« Prendre une vie pour en sauver mille. »

Le plus grand obstacle à la prise de contrôle définitive de la France par les révolutionnaires est la dissémination des nobles français dans toute l’Europe et leurs efforts permanent pour monter le monde contre leur ancien pays. Étant impossible de les faire revenir pour les juger et impensable d’attaquer tous les pays qui leur servent de refuge, la solution la plus apte est venue naturellement : l’assassinat politique discret. Cela tombe d’autant plus sous le sens que la révolution spécifie clairement que chaque français est égal, que la vie d’un riche noble ne veut pas plus que celle du plus misérable des paysans. Ainsi tuer un noble rebelles, voire ses enfants pour éviter tout risque, se justifie tant qu’on assume qu’ils auraient provoqué des milliers de morts en nourrissant la guerre civile. Un raisonnement qui ne séduira pas tout le monde bien entendu. Mais les assassins du directoire ne sont pas tout le monde. Choisis pour leur fanatisme envers la révolution et pour leur élasticité morale, le doute se doit d’être banni de leur esprit. La discrétion est aussi de première importance car leur rôle bien que précieux les rend détestables pour l’énorme majorité de la population.

Étant donné la difficulté de leur recrutement et de leur entrainement, les écoles d’assassins ont un budget considérable. On y enseigne diverses spécialités, du poison au couteau. La maîtrise de diverses langues et coutumes est indispensable, ainsi que bien sûr l’absence de pitié.

One thought on “Assassins du directoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *