Hygiénisme

L’hygiénisme est une coutume principalement née chez les aristocrates anglais. Elle consiste à tenter d’atteindre une certaine capacité physique minimale en pratiquant un sport quelconque, comme le badminton. Cette attitude est requise même dans les classes sociales pour lesquelles on a bien du mal à saisir en quoi être sportif a un intérêt, comme dans les classes intellectuelles et scientifiques.

À ceci s’ajouter une obsession de la propreté alimentée par les nouvelles théorie sur les microbes qui se répandent en Europe de l’ouest. Les autres peuples ne sont pas sales pour autant mais ne se lavent que pour être beau et sentir bon. Cette manière qu’ont les anglais de se laver alors qu’ils semblent déjà propres et de courir tous les matins alors que personne ne les poursuit rend le français moyen pour le moins perplexe. Les révolutionnaires s’intéressent néanmoins à ces pratiques. Le sens de la discipline et de maîtrise de corps qu’elles véhiculent, plus la peur permanente du regard des autres et des ennemies invisibles, leur semble en effet une bonne manière de fabriquer le futur citoyen parfait de demain. Discipliné et toujours inquiet, voilà les deux premières qualités à avoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *