La guerre de Vendée

La guerre de Vendée est une guerre civile centrée sur la Vendée, à l’Ouest de la France. Les insurgés ont pris les armes pour lutter contre la convention révolutionnaire et en particulier contre son intolérance religieuse. Très attachés à leur terre, profondément catholiques, ces paysans ont  refusé que leurs prêtres soient forcés à prêter serment au gouvernement athée plutôt qu’au pape. Encore plus insupportable était la conscription obligatoire qui risquait de les obliger à aller combattre en Europe pour un pays et un gouvernement dont ils se moquaient. Parmi toutes ces revendications, la mort du roi fut l’étincelle qui mit le feu aux poudres.

La guerre dure maintenant depuis plus d’un an. Les vendéens, pourtant simples paysans, se sont avérés étonnamment courageux et bons combattants. Seuls l’équipement et l’organisation leur manque. En cela ils sont aidés par les nobles royalistes revenus de l’étranger pour les diriger. Et par les puissances étrangères heureuses de soutenir un mouvement qui va autant dans leur sens. L’Angleterre en particulier fournit des armes autant que possible. L’Espagne soutient les prêtres, et tout ce qui entretiendra la foi de ce peuple frère.

Cette révolte du peuple a rendu fou furieux les plus fanatiques membres de la convention. Comment le peuple lui-même pourrait ne pas comprendre que la révolution leur apporte la liberté et la rationalité ? Pourquoi préfèrent-ils leurs champs et leurs rituels ridicules à la science et la prospérité ? Pire que tout : cette révolte pourrait se répandre et anéantir tous les efforts des révolutionnaires pour garder le contrôle de la France. Déjà la Bretagne se soulève et les brigandages des chouans se multiplient. Les plus brutaux et impitoyables des généraux ont donc été envoyés avec des ordres de dévastation on ne peut plus clairs. Westermann en tête, les républicains s’acharnent sur la Vendée, massacrent sa population par milliers et brûlent tout sur leur passage. Malgré leur nombre et leur équipements supérieurs ils ont pourtant bien du mal à battre ces paysans déterminés connaissant parfaitement le terrain. D’autant plus que leurs expéditions punitives ne font que faciliter le recrutement des rebelles.

Pour l’heure cette guerre n’est qu’alternance de prise de ville, de guérilla, et de batailles non décisives. À terme l’écrasante supériorité technique et numérique de la France révolutionnaire devrait l’emporter mais qui sait ? Un changement de gouvernement est vite arrivé. Encore plus courant ces derniers temps sont les invasions étrangères et les trahisons de généraux. La Vendée peut s’en sortir, il lui faut juste trouver les bons alliés.

One thought on “La guerre de Vendée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *