Adeptes de christ solaire

Depuis la découverte de l’Amérique par les espagnols on assiste à un anéantissement des peuples américains et de leur culture, progressivement remplacée par celles des européens chrétiens. Il y a toutefois eu des influences réciproques inévitables car les espagnols étaient parfois curieux et la ferveur avec laquelle les aztèques accomplissaient leurs rituels ne les laissaient pas indifférent. Sans compter que les chamanes aztèques renforçaient la transe des fidèles avec des émotimagiciens qui compensaient leur peu de science magique par un instinct et des coutumes ancestrales bien établies et efficaces.

Beaucoup d’européens sont donc repartis vers l’Europe très troublés, en particulier par la vision cyclique de la vie qu’avaient les aztèques et leur pensée qu’il était naturel que la civilisation aztèque finisse par s’effondrer devant celle plus forte des conquistadores espagnols. Ces pensées mélangées à leur vision de l’apocalypse chrétienne  donnèrent naissance à des cultes mi-aztèques mi-chrétiens qui professaient que seuls des sacrifices pouvaient ralentir l’écroulement de la civilisation chrétienne devant les athées démoniaques qui prenaient le pouvoir en France et menaçaient de détruire l’église. Autant que possible ils se mirent à importer des chamanes et guerriers amérindiens en Europe. Ils les cachèrent et leur apprirent à rester discret, puis ils apprirent d’eux toute la doctrine du cycle aztèque. Vint alors le moment de leur fournir des victimes.

Calendrier aztèque

Les adeptes du christ solaire comme il se nommèrent, sont obsédés par tout ce qui constitue les cycles et ne voient leur vie et la création même que comme une éternelle répétition d’évènements. Quand cette répétition n’arrive pas ou est trop peu marquée ils se chargent de la créer eux-mêmes. De la même manière une existence stable, que ce soit en bien ou en mal, est impensable pour eux et ils s’ingénient à créer le changement voire le chaos. Si une journée a été particulièrement bonne ils se mortifieront le lendemain, se perçant la peau avec des os taillés à la manière aztèque. Si elle a été mauvaise ils sont persuadés que tout ira mieux bientôt et deviennent les plus optimistes des hommes.

Malgré leur ferveur profonde ils ne parviennent cependant pas à accepter un aspect de leur croyance qui les terrifie plus que tout : un jour le Dieu christ-soleil lui-même prendra fin et la création actuelle sera anéantie. La pensée qu’une autre prendra la place pour que le cycle reprenne ne les réconforte pas. Ils tentent donc autant que possible de retarder cette inévitable destruction avec le seul moyen à leur disposition : donner de l’énergie au Dieu christ soleil en lui sacrifiant des animaux puissants, et en particulier le plus terrible d’entre eux : l’homme.

Bien sûr l’inquisition se mit en chasse impitoyablement de tous ces hérétiques et ils durent fuir dans les endroits les plus reculés. On en retrouve encore surtout dans les zones les plus désertiques de l’Espagne, dans le Médoc, et bien sûr à Bordeaux, devenue le rendez-vous des marginaux. C’est là qu’ils purent enfin se révéler presque au grand jour tant ils y étaient devenus nombreux et tant les masses y étaient réceptives aux discours apocalyptiques. Ils ressortirent leurs costumes bariolés ornés de plumes qu’ils réservaient jusque là uniquement aux cérémonies païennes secrètes et on en rencontre à présent dans tous les quartiers de la ville dont le contrôle a échappé à l’église.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *